Mon défi

Participer à la Mini-Transat 2019. Une traversée de l'Atlantique, en course, en solitaire sur un bateau de 6.5 mètres.

Départ le 22 septembre 2019 de la Rochelle !

 

La course au large la plus solitaire

La Mini-Transat est une course transatlantique en solitaire et sans assistance à bord de petits voiliers de 6.5 mètres de long, d’où le terme « Mini ». Organisée chaque année impaire depuis 1977 elle relie les côtes Bretonnes aux Antilles en faisant escale aux îles Canaries.

Crée pour réagir au gigantisme des courses transatlantiques, elle avait pour but de renouer avec l’esprit aventureux des premières courses. Les concurrents ne disposent ainsi que du minimum technique pour traverser l’Atlantique. A savoir le GPS pour la position et la VHF, une radio d’une portée de 20 kilomètres, pour la communication. Chaque marin doit ainsi être capable de traverser l’Atlantique sans aucune assistance extérieure et sans lien direct avec la terre.

Epreuve à part, la Mini-Transat permet ainsi aux concurrents de faire ce grand saut vers l’inconnu, vers la solitude. Au cours de la traversée il n’est en effet pas rare de rester plus d’une semaine sans pouvoir parler à qui que ce soit. Cela signifie aussi ne compter que sur soi-même en cas de souci technique, ne s'appuyer que sur ses connaissances météorologiques et n’avoir personne auprès de qui s’épancher en cas de perte de moral. Les concurrents ne disposent pas de routage météo ou de communication via satellite, ces éléments étant devenues classiques dans le monde de la course au large on qualifie souvent la Mini-Transat de la course au large la plus solitaire au monde.

La Mini-transat est également sans aucun doute la course au large la plus éclectique qui soit. Marin du dimanche, amateur éclairé, futur grand nom de la voile et doux rêveur se côtoient tout au long de cette épreuve dans une ambiance bon enfant, bienveillante mais avec cette note de compétition dont seul la classe Mini a le secret.

En 2019, la Mini-Transat partira de la Rochelle (France) le 22 septembre 2019. La première étape nous mènera jusqu’à Las Palmas de Gran Canaria (Canaries) alors que lors de la seconde nous ferons « le grand saut » jusqu’au Marin (Martinique). Nous serons ainsi 84 skippers à nous élancer sur l’Atlantique, caressant le rêve un peu fou de traverser un océan en course sur nos unités de 6.5 mètres.
 

La Mini en chiffres

 

« Humainement, cette transat est idéale pour ceux qui rêvent d’une belle et grande aventure et sert toujours de révélateur à ceux qui visent plus haut »

Michel Desjoyeaux, double vainqueur du Vendée Globe et ancien concurrent de la Mini-Transat

 

Le Programme en bref

 

Le Programme en moins bref

Après une année 2018 consacrée à obtenir ma qualification avec comme point d’orgue une participation à une course qui nous a mené jusqu’aux Açores, je suis désormais officiellement qualifié à la Mini-Transat. Je retiens de cette belle année qu’un projet Mini c’est quand même beaucoup de galères, qu'il n'y a pas de chemin tout tracé et qu'il faut véritablement se remonter les manches pour aller au bout. En somme, plein de petites montagnes toujours plus élevées les unes après les autres. Le défi n’est pas uniquement nautique mais il implique de nombreuses dimensions qui en font un véritable challenge logistique, avoir des enfants c’est sûrement moins compliqué et pour sûr … c’est moins cher ;) !

Mais un projet Mini c’est également des instants qui vous coupent le souffle, des épisodes transcendant qui m’ont fait me sentir vivant comme rarement auparavant. Au final l’étape la plus dure c’était d’oser prendre la décision d’acheter le bateau et de se lancer dans l’inconnu.En résumé c’est nettement moins facile que ça en a l’air sur les vidéos mais c’est vachement mieux qu’en vidéo.

L’année 2019, quant à elle, sera tournée vers la recherche de partenaires. En effet, si pour l’instant j’ai réussi à assumer les frais inhérents à ce projet seul j’ai dorénavant besoin d’un soutien, j’aimerais ainsi m’entourer d’entreprises qui profiteraient de ce partenariat pour enrichir leur communication tout en s’associant à un projet original.

L’année sera également rythmée par la participation à certaines courses ainsi que la préparation technique du bateau pour la grande traversée. Ce dossier-là est particulièrement complexe, il s’agit en effet de faire les choix les plus judicieux en termes de matériel et de trouver les bons compromis entre coûts, fiabilité et performance.

Trêve de plaisanterie, en 2019 je traverse l’Atlantique en solo et ça ne sera que mon 9ième départ de régate, alors inutile de dire qu’il y a du taf !!!
 

Suivre le projet

  • lien instagram

Inscrivez-vous à la newsletter

Ils me font déjà confiance

 
 
 

Vous souhaitez devenir partenaire de cette belle aventure, contactez-moi.